Par Nando Dominguez

 

            Peu de temps avant que commencent les IV° Journées d’ufologie, les caméras de télévision se sont déplacées jusqu’à la ville de la province de Zamora, Morales de Toro, pour couvrir un des événements dont parlent tant les médias. L’appui de la presse provinciale est impressionnant, peut-être parce qu’ici, les médias font partie de ceux qui respectent le plus ce domaine qu’est l’Ufologie, cette science maltraitée qui cherche la vie extraterrestre ou qui tente de s’approcher de la vérité qui se cache derrière les Ovnis, ces objets volants non identifiés.

            Pendant que la télévision de Zamora réalisait des interviews avec les conférenciers et tournait quelques plans des lieux, les auditeurs, certains connus, d’autres non, arrivaient de différents points d’Espagne.

            Cette année, se sont présentés des gens des Asturies, de Tolède, de León, Madrid, Valladolid, Valencia ou Zamora.

            Bien que l’événement se déroule dans la ville de Morales de Toro, peu de curieux issus de la localité se sont présentés en dehors des proches de l’organisateur, Nando Dominguez.

            Tout étant prêt, Elena Mayor, micro en main, présenta la manifestation. Une vidéo d’introduction fut aussi utilisée, avec une vidéo de soutien aux Journées d’ufologie de Javier Serra, datée d’il y a quelques années.

            La première conférence fut le fruit de l’organisateur de l’événement, Nando Dominguez[ii], membre du programme national de La Porte secrète, diffusée sur Radio4G FM.

            La conférence « Los Ovnis de Zamora » mit en avant un bref résumé des cas les plus intéressants qui feront bientôt l’objet d’un livre que Nando Dominguez est en train d’écrire, Archivo abierto : los ovnis de Zamora. Le livre sera disponible à la vente une fois l’été passé. On pourra y trouver quelques-uns des cas les plus étranges qui se sont passés dans la province de Zamora, avec des rencontres du troisième type, des marques au sol suite à un atterrissage d’ovni, de véritables flottilles d’ovnis, avec des observations de vaisseaux-mères.

            Nando aborda quelques cas qui ont trouvé leur réponse, comme cette histoire de rayon laser de discothèque qui fut à l’origine de nombreuses observations, ou encore le cas investigué par Nando lui-même à la fin de l’année 2017, lorsque des manœuvres militaires provoquèrent auprès des habitants du secteur du Monte de la Reina Toro de nombreuses observations.

            Ce fut ensuite un moment émouvant lorsque Nando évoqua un ami, mort quelques mois plus tôt, qui fut partie prenante des premières journées ufologiques organisées à Morales de Toro, Peio Lorenzo, qui fut en outre le premier à croire au potentiel de Fernando Dominguez.

            Dans la foulée commençait la conférence de Fernando Rodríguez, ex-pilote de ligne, qui allait démontrer avec beaucoup d’humour les vérités et mensonges du monde des non identifiés. Nous pûmes voir des vidéos où l’on comprenait parfaitement comment on pouvait créer des ovnis à l’aide d’un simple programme d’ordinateur et nous délecter de quelques impressionnants enregistrements d’échanges entre pilotes d’avions et tour de contrôle.

            Nando Rodriguez nous a aussi montré quelques photographies d’œuvres d’art ancien où l’on pouvait distinguer différents objets dans le ciel, quand il n’existait encore ni internet ni ordinateurs, à l’époque des Mayas, ou d’autres civilisations qui représentaient des astronautes taillés dans la pierre ou peints sur divers supports.

            Il nous raconta aussi qu’il avait passé trois jours, avec trois amis, dans le triangle des Bermudes, un endroit connu pour ses nombreuses disparitions de bateaux, d’avions et de leurs occupants.

            La pièce de résistance de la conférence de Fernando fut quand il montra au public l’enregistrement du contact avec un ovni à l’aérodrome de Tobalaba le 30 octobre 1978, où un artefact rond brillait au soleil, où un pilote disait qu’il ne pouvait s’agir d’un avion en raison de sa trop grande vitesse de déplacement, et où le plus impressionnant était que l’ovni descendait jusqu’à se poser sur une colline. L’enregistrement du pilote révélait également qu’il avait eu un autre contact avec un OVNI à Pudahuel en 1979, et encore un autre à Arica en 1997.

            Le moment de la pause étant arrivé, le public put profiter de rafraichissements offerts par l’organisation et acheter des tickets pour le tirage au sort (un tatouage et une séance de voyance). Il put aussi faire l’acquisition de quelques objets réalisés par le groupe d’artisanat chamanique de Zamora, comme les déjà célèbres porte-clefs « alien » en cuir qui ont toujours du succès.

            La seconde partie commença avec Esther Castro qui nous entraina dans le monde merveilleux des crop-circles, ces dessins énigmatiques qui apparaissent durant la nuit dans les champs de céréales.

            Ensuite, l’auteur et enquêteur Pierre Monteagudo nous amena jusqu’à la Lune avec « el expediente Rojas ». Cinq décennies de dissimulation mises à jour dans un livre poignant publié en Espagne et au Chili, après une enquête de plus de trois ans dans cinq pays, avec la collaboration et le témoignage de dizaines de personnes et le concours spécial d’un scientifique de haut niveau. Le cas Rojas est le secret le mieux gardé de la NASA.

            Une fois sa conférence terminée, Pierre s’employa à dédicacer son livre pour le public, puis ce fut le moment du tirage au sort réalisé par Jana, notre ange des Journées. Jana souffre du syndrome de Down et fait partie de l’équipe organisatrice, elle fut la main innocente qui fit gagner le tatouage à un participant de Léon et la voyance à une amie de Madrid, Tania. Deux livres furent aussi attribués par tirage au sort, un à Jose M. Mangas et un autre à Rox.

            Puis vint le moment du débat animé par Luis Pisu[iii], une passionnante table ronde, où différents points de vue sur la vie extraterrestre furent confrontés. Fut aussi abordé le thème de la Terre non sphérique, un thème que beaucoup n’acceptent pas encore, mais qui est à la mode.

            Passée une heure du matin, avec ceux qui étaient restés jusqu’à la fin, nous nous transportâmes jusqu’en dehors de la ville dans un local appartenant à l’organisateur où nous pûmes profiter d’une fête à l’air libre, histoire de célébrer le succès de l’événement jusqu’à 5h du matin.

Il est bon de rappeler que cette année encore, les Journées d’ufologie eurent le soutien de la mairie de Morales de Toro, qui nous a fourni les installations et le matériel de sonorisation.

            Ces Journées d’ufologie sont nées à l’initiative de Nando Dominguez et pensées comme une réunion annuelle de passionnés d’ufologie provenant de toute l’Espagne. L’idée était présente aussi de contribuer à faire respecter l’ufologie et le mystérieux dans un cadre sociétal et culturel. Nous vivons des temps où l’on commence à respecter l’ufologie et où on commence à considérer le thème comme sérieux, au moins dans notre localité « moralina », où les habitants voient déjà le phénomène ovni comme quelque chose de normal, grâce au travail et à l’enthousiasme de Nando Dominguez.

Traduction de l’espagnol au français : Thierry Gaulin.

NdT : Nando pour Fernando.

NdT : responsable du Café OVNI Valencia.

Fuente: magazine Logosphères 

http://www.ovnispain.com/download/magazine-logospheres-septiembre-2018-les-iv-journees-dufologie/